Gakuen Alice RPG



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La 336 génération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
    InvitéInvité

En savoir plus ?

MessageSujet: La 336 génération   Jeu 2 Sep - 15:02

Les esclaves du palais impérial regardèrent, avec stupéfaction, l’agitation qui occupait le jeune Alec, fils ainé de la première concubine de l’empereur. Habituellement ce dernier faisait preuve de calme et de distinction. L’homme traversait les couloirs en de grandes enjambées nerveuses montrant une colère difficilement contenue. Il pénétra dans ses appartements, jeta son épée sur un délicat divan beige et or, traversa le boudoir ambre et pourpre, pénétra dans son patio et fixa sévèrement les oiseaux exotiques qui l’occupait, les rendant personnellement responsables de son malheur. Après avoir ôté sa veste marquant sa dignité de prince de sang et de s’allonger sur l’herbe tendre, pour fixer le ciel et contempler les nuages qui filaient à vive allure. Ce ne fut que lorsque le jour se mit à tomber qu’une voix polie s’enquérie :
-Altesse ?
L’interpellée haussa un sourcil en fixant le messager qui se tenait près de lui. Le serviteur s’inclina rapidement devant lui. Puis il bafouilla troublé par la froideur de son maitre :
-Votre père vous demande. C’est urgent.
Le prince se releva et remit sa veste après s’être épousseté avec soin. Il se passa une main bien entretenue dans ses longs cheveux noirs et suivit l’homme. Dans le couloir, courtisans et domestiques s’inclinaient devant lui, ne recevant pour toute réponse qu’un regard meurtrier. Il finit par pénétrer dans la salle du conseil et par prendre sa place à la gauche de l’empereur, dans l’ombre du trône. Il écoutait attentivement, différents conseillers militaires, impassible et ennuyé lorsqu’il vit une étoile prendre une teinte doré avant de disparaitre. Les voix furieuses de deux vieux généraux le détournèrent de ce phénomène et il l’oublia complètement pour se reprendre son rôle de parfait prince de sang.

Eilwenn glissa un écouteur dans une de ses oreilles puis le dissimula avec une mèche de cheveux noirs. Elle s’empara de son sac d’un geste sec et le jeta sur son épaule avant de quitter le métro en sifflant un air triste. La jeune femme doubla des hommes aux mines fatigués et sinistres. Après avoir marché une dizaine de minutes, elle pénétra dans un immeuble de Greenwich Village dont elle grimpa rapidement les marches avant de pousser une porte de bois gris, banal. L’adolescente jeta son sac sur la moquette blanche d’un studio muni d’une grande mezzanine.
« C’est toi, demanda une voix aigre
-Oui, m’man, je suis rentrée marmonna Eilwenn en s’enfonçant dans un vieux canapé marron.
-Où étais tu ?
-Boulot.
Sa mère lui répondit et commença une longue plainte que la fille n’entendit pas, elle avait monté le volume de son Ipod avant de sortir un carnet à dessin qu’elle commença à noircir consciencieusement. Lorsqu’elle ne parvint plus à couvrir les cris de sa mère, la jeune femme monta l’échelle et alla s’allonger sur un matelas occupant une partie de la mezzanine avec son réveil et ses livres, bien sur les vociférations de sa mère la suivirent mais de son lit, elle pouvait contempler le ciel New-Yorkais tout en écoutant sa musique. La voie lactée l’avait toujours bercée, apaisée ; Eilwenn s’endormait lorsqu’elle vit une étoile qui avant de disparaitre était devenue doré. Mais la sonnerie de son portable la détourna de cet étrange phénomène.

Matthew tira un coup sec sur les rênes de son cheval qui s’arrêta aussitôt, calme et attentif à l’image de son maitre. Le cavalier émit un claquement de doigts sec et un serviteur vint lui mettre un gant de cuir et y poser un oiseau de proie qui eut un claquement de bec réprobateur jusqu'à ce que le jeune homme lui caresse doucement les ailes en lui murmurant des paroles de réconfort. Un domestique lui fit un signe de la main et Matthew eut un sourire approbateur, en regardant les nobles massés autour de lui dans l’attente de cette chasse nocturne.
-Messieurs ! IL est temps de jouer !
Aussitôt les destriers furent talonnés et partirent au triple galop vers les bois obscur. Seul l’organisateur du jeu ne partit pas immédiatement, préoccupé par ce que venait de lui souffler un homme, portant la livrée des hérauts, qui venait de surgir dans la clairière.
-Dites à mon grand-père que je le verrais demain, grogna l’homme lorsqu’il eut la certitude qu’il n’y avait pas d’urgence. Puis il libéra son rapace. Ce dernier s’éleva dans les airs en poussant des cris stridents, l’homme ordonna à son cheval de partir et s’enfonça entre les arbres. Une bête s’enfuit devant lui, effrayée. Le gibier voulait échapper à son triste sort et il galopait à toute allure. Matthew s’empara de son arc, y glissa une flèche, tendit la corde entre deux doigts puis la relâcha. Alors qu’il suivait le projectile des yeux, le chasseur vit une étoile devenir doré avant de disparaitre. L’agonie de sa proie le détourna de ce phénomène.


Laissez des commentaires, ça fait plaisir. Même s'ils sont méchant, surtout s'ile peuvent m'améliorer
Revenir en haut Aller en bas
    Sunako TakahashiGakuen's Staff - Modératrice
avatar
Gakuen's Staff - Modératrice

En savoir plus ?

MessageSujet: Re: La 336 génération   Ven 3 Sep - 18:54

(Je veux la suite *o* //SBAM !!)

Non mais, sincèrement, j'aime beaucoup u__u Les personnages sont attachants dès le départ alors c'est cool \o/ Et puis de toute façon j'aime beaucoup les histoires d'univers parallèles et de magie donc voilà, je ne pouvais qu'apprécier ton oeuvre ^o^

Bonne continuatiooooon *fuit*
Revenir en haut Aller en bas
 

La 336 génération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gakuen Alice RPG :: Les petits trésors du forum ... oserez-vous les déterer ?-